Accueil / Echographie gynécologique et obstétricale

Une échographie gynécologique et obstétricale est une technique de visualisation médicale qui permet de faire l’exploration des organes pelviens de la femme, du fœtus ainsi que de ses annexes (placenta, cordon ombilical, liquide amniotique). En gynécologie et obstétrique, on distingue deux techniques d’échographie à savoir l’échographie abdominale et l’échographie endo-vaginale. Cette dernière permet de visualiser mieux le col de l’utérus, l’utérus, les ovaires, les trompes de Fallope, la vessie et le cul-de-sac de Douglas.

Il s’agit d’examen incontournable de la gynécologie et de l’obstétrique. Il est indispensable pour la santé de toutes les femmes et est prescrit suivant certains indicateurs.

Quel est le rôle de l’échographie gynécologique et obstétricale ?

Elle joue un rôle essentiel dans la vie de la femme. Elle permet par exemple de répondre à plusieurs préoccupations d’ordre sanitaire. Elle est utilisée pour explorer les organes pelviens et avoisinants pour déceler certains problèmes et anomalies susceptibles d’empêcher la femme de concevoir. En ce sens, elle constitue un examen de base pour orienter le diagnostic et pour prescrire d’autres examens complémentaires. Dans le cadre des apports de solution à une stérilité, principalement la fécondation in vitro, cette échographie est utilisée pour guider la ponction endovaginale des follicules ovariens, en vue de récupérer les ovules à féconder.

Par ailleurs, l’échographie gynécologique et obstétricale s’avère élémentaire pour surveiller une grossesse, dépister les malformations, effectuer les mensurations du fœtus, contrôler la position du placenta. Sa pratique apporte un soutien psychologique majeur aux futurs parents qui peuvent découvrir au cours de l’examen leur bébé, ses mouvements, le battement de son cœur, et, à un certain âge de la grossesse, le sexe de l’enfant.

Comment se déroule la consultation ?

Elle a toujours lieu dans une salle où sont installés les dispositifs techniques. Le médecin explique à la patiente la conduite à tenir. Cette dernière est ensuite installée sur le lit, dans une position où elle pourra observer l’écran. Ensuite, l’échographie gynécologique et obstétricale est pratiquée à l’aide d’une sonde à ultrasons posée sur le ventre de la patiente enceinte. Un gel appliqué sur la surface de la peau facilite la transmission des ultrasons. La sonde se déplace alors sur la paroi abdominale afin d’explorer le contenu de l’abdomen.

Dans le cas d’une échographie par voie vaginale, elle est pratiquée en début de cycle. Le radiologue introduit délicatement dans le vagin, la sonde protégée par un préservatif lubrifié. Ce procédé permet d’observer l’utérus, l’endomètre, le nombre des follicules sur les ovaires, leur taille…

Les résultats sont interprétés et expliqués à la patiente. Parfois, le compte-rendu définitif de l’échographie gynécologique et obstétricale est présenté à son médecin traitant. Pour une image de meilleure qualité, il est préférable de garder la vessie pleine lors du déroulement de l’examen.

Quels risques pour les patientes ?

La technique d’imagerie médicale est une pratique indolore et sans aucun danger pour le fœtus ni pour la mère. Mais la future maman doit se faire l’idée que la méthode ne suffit pas pour diagnostiquer toutes les anomalies morphologiques que pourrait avoir le bébé. Le mieux est de consulter les autres spécialistes et pratiquer d’autres examens afin de s’assurer du déroulement normal de la grossesse. Par ailleurs, dans les jours qui précèdent l’échographie gynécologique et obstétricale,il est déconseillé de mettre une crème hydratante.

Quel est l’intérêt de cet examen ?

Cette technique médicale est d’un intérêt capital pour la femme. Elle intervient particulièrement chez la femme dans diverses situations comme :

  • Les cas de douleurs pelviennes ou de saignements inexpliqués
  • Une aide à un bilan sur l’infertilité. En explorant les différents organes génitaux et pelviens, elle fournit de précieuses informations dont l’interprétation permet de diagnostiquer des dysfonctionnements et des pathologies. Certaines anomalies telles qu’un utérus bicorne, une hypertrophie de la muqueuse, les fibromes, les polypes sont décelées au cours de l’échographie gynécologique et obstétricale.
  • Les cas de symptômes faisant suspecter des anomalies de la vessie ou des organes génitaux internes ainsi que pour suivre l’évolution des pathologies liées à ses derniers
  • Pour vérifier le positionnement d’un stérilet
  • Outil de détection des kystes ovariens à l’origine de l’altération de l’ovulation, puis du syndrome des ovaires polykystiques (responsables d’une absence d’ovulation). Ses fonctions exploratoires évaluent la réserve ovarienne (capacité des ovaires à fabriquer des ovocytes)
  • Le dépistage d’éventuelles malformations utérines.

Il importe de signaler que chez l’homme, l’échographie gynécologique et obstétricale permet de visualiser la prostate et apprécier sa taille, ses contours, sa texture et la présence éventuelle de masses, de visualiser la vessie. Couplée par ailleurs avec le doppler, cette technique médicale conduit à l’exploration de la fonction des artères et des veines iliaques. En d’autres termes, elle est une porte ouverte pour vous permettre de visualiser vos organes génitaux afin de vous soigner et prévenir certaines maladies. N’hésitez pas à consulter un spécialiste.


Tous les echographie gynécologique et obstétricales à :

vote for 123medecins

Nombre de votes : 6429

Note moyenne : 3.99 /5

Trouver le Medecin