Accueil / BLOG / ACTUALITÉS / La réforme française du cannabis CBD médical est à l’ordre du jour en France

La réforme française du cannabis CBD médical est à l’ordre du jour en France

Ce n’est pas exactement la prise de la Bastille, mais la réforme du CBD cannabis semble enfin ne plus être en gestation : elle est désormais discutée dans les plus hautes sphères du gouvernement français. En effet, maintenant que le Parlement européen a mis la réforme de la médecine à l’ordre du jour et donc que […]

La réforme française du cannabis CBD médical est à l’ordre du jour en France

Ce n’est pas exactement la prise de la Bastille, mais la réforme du CBD cannabis semble enfin ne plus être en gestation : elle est désormais discutée dans les plus hautes sphères du gouvernement français. En effet, maintenant que le Parlement européen a mis la réforme de la médecine à l’ordre du jour et donc que […]

Ce n'est pas exactement la prise de la Bastille, mais la réforme du CBD cannabis semble enfin ne plus être en gestation : elle est désormais discutée dans les plus hautes sphères du gouvernement français. En effet, maintenant que le Parlement européen a mis la réforme de la médecine à l'ordre du jour et donc que le cannabis CBD a été approuvé comme médicament, les lois européennes ont quasiment légalisé le CBD cannabis . Il ne reste donc plus qu’à l’approuver officiellement.

La structure sociale actuelle en France

La première raison de la nouvelle ouverture des discussions sur le cannabis CBD légal et médical est qu’il s’agit d’un moyen facile pour le Premier ministre français, de plus en plus politiquement aux abois, et pour Emmanuel Macron de montrer qu'ils sont à l’écoute du peuple. Avec les « gilets jaunes » et les manifestants dans les rues qui poussent pour une justice économique et politique, une réforme de type populaire qui pourrait créer de l’emploi et aider contre la crise économique n’est pas de trop.

La législation française sur le cannabis CBD

Deuxièmement, les lois françaises sur les drogues sont encore ridiculement sévères. En effet, l’utilisation ou la possession de «stupéfiants» qui ne sont pas spécifiquement prescrits par un médecin était encore passible d'une amende de 3.500 euros et d'un an de prison. Mais les choses ont déjà changé sur ce point. La troisième raison est que les politiciens et les réformateurs ont enfin compris le message : le fait d’enfermer des personnes pour de petits délits comme une simple possession de cannabis, puisque la France ne fait aucune distinction entre le cannabis et les drogues plus dures, est une menace pour la société. Il en coûte de plus beaucoup d'argent au gouvernement pour mettre ces gens en prison. Et la police, comme en Allemagne, en a assez de se livrer à ce genre d’activités, et plus particulièrement quand un grand nombre de ceux qu'ils arrêtent sont en fait des patients consommant en toute légalité. Il faut aussi savoir que la législation antidrogue est en vigueur en France depuis le 31 décembre 1970. Comme aux États-Unis, le cannabis était bien entendu traité comme de l'héroïne et de la cocaïne. Depuis cette période, les arrestations autour de la drogue en France ont régulièrement augmenté, et concernaient 67,5% de toutes les arrestations à partir de 2016. Les condamnations pour infractions liées à la drogue ont également été multipliées par dix au cours de la dernière génération, et cela depuis le début des années 2000. L'année dernière, le marché du cannabis CDB s'est vu accorder un peu d'espace pour s'épanouir dans les nouvelles lois grises sur la réforme. Dans un pays où environ 700.000 personnes consomment quotidiennement du cannabis, et 1,4 million de personnes en consomment régulièrement, la situation doit forcément évoluer, et ça, le gouvernement français veut montrer qu’il l’a compris. La réforme du cannabis a un effet puissant particulièrement dans un pays où les « gilets jaunes » ont fait une grande impression. La réforme du cannabis, en d’autres termes, est une solution facile pour un pays qui pense maintenant à l’impact des révolutions populaires. Et encore plus particulièrement lorsque la réforme de l'année dernière a permis la mise en vente de « cannabis CBD » avec de faibles taux de THC, et des taux élevés de CBD. Il s’agissait d’une réponse populaire et adaptée.

Les implications des changements de lois sur le CBD cannabis

La rapidité avec laquelle la réforme évoluera ici reste évidemment incertaine. Le gouvernement actuel fait du bruit à ce sujet depuis deux ans, mais les choses avancent plutôt lentement. L'année dernière, le marché du cannabis CDB a laissé peu de marge de manœuvre pour s'épanouir dans la nouvelle loi grise sur la réforme, et les premiers « coffee shops français » du cannabis CDB ont été fermés l'été dernier presque dès leur ouverture. Compte tenu du style conservateur observé jusqu'ici, attendez-vous à ce que la France suive le reste de l’Europe, plutôt qu’elle ne mène les changements. Du point de vue du cannabis CDB, voire même du THC, le pays ressemble beaucoup plus à l'Italie et à l'Allemagne, qu'aux décisions prises par l'Espagne ou à la Hollande du point de vue du cannabis … du moins à l'heure actuelle. La décriminalisation s’apparente donc à une décision d’apparence, une façon d’assurer que le débat n’est pas clos pour le gouvernement, une politique similaire à celle de l’Allemagne. La révolution verte est peut-être maintenant dans les coulisses du gouvernement, mais il va falloir une poussée de la part des autres pays d’Europe, voire de plus loin encore. Cela dit, lorsque la France passera à quelque chose qui ressemble à une vraie réforme, cela signifiera que le "déluge vert" sera très certainement rapide et que la France rattrapera son retard sur le reste du continent. En 2019, on assiste néanmoins à une libération du cannabis, comme le montre cet article du site Libération, qu’on espère voir évoluer dans un cadre contrôlé pour limiter les abus.
vote for 123medecins

Nombre de votes : 8563

Note moyenne : 3.87 /5

Trouver le Medecin